Connexion
/ Inscription
Mon espace
Culture & Société
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Participation débloquée : incohérent et dangereux.

Une analyse de Laure Delahousse - directrice Epargne salariale de l'AFG

Le Président a annoncé jeudi que les Français bénéficiant d'accords de participation aux bénéfices de leurs entreprises pourraient en débloquer les montants immédiatement, pendant 6 mois : « Je propose que pour tous ceux qui ont l'usage de ces accords de participation - quatre millions de Français - qu'elle puisse être débloquée immédiatement, sans pénalité fiscale. Tous ceux qui ont un accord de participation, qui veulent - jusqu'à 20 000€ - l'utiliser pour quelque achat que ce soit (...), pour acheter un bien ou participer à un apport pour le logement, pourront le faire », a détaillé François Hollande. « Ça durera six mois », a ajouté le président, « ça permettra, pendant ces six mois-là de débloquer une épargne pour l'affecter à la consommation ».

Cette épargne longue, investie à 60% en actions, finance les entreprises sur le long terme, en particulier les entreprises solidaires. Le déblocage de la participation va donc à l'encontre de l'objectif de développement d'une épargne longue "au service de l’économie réelle" comme le préconise la feuille de route établie par le Premier Ministre pour le rapport des députés Karine Berger et Dominique Lefebvre qui devait être rendu public cette semaine.

Destinée à relancer le pouvoir d'achat, cette mesure risque d’être inefficace : en 2005 - date du premier déblocage - les ménages avaient sorti 7,5 Mds€ qui, selon l’INSEE, avaient été réaffectés prioritairement vers d’autres produits d’épargne liquides et non vers la consommation.

Enfin, à la veille de la nouvelle réforme des retraites, est-il souhaitable d’inciter les salariés à liquider leur épargne longue?

Lire la suite...


Articles en relation