Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Enquête] Les investisseurs, principaux moteurs de l'amélioration en matière de santé et sécurité au travail

Baromètre ERM Global 2020

Les événements de 2020 ont accéléré l'évolution du rôle des responsables santé et sécurité dans les entreprises, les poussant à s'adapter rapidement à des situations inédites. Dans ce contexte, la nouvelle édition de l'enquête mondiale ERM* sur la santé et sécurité réalisée au troisième trimestre 2020 présente un ensemble complet de conclusions sur la santé et sécurité au travail.

L'amélioration des performances en santé et sécurité ne suit pas le rythme des attentes qui évoluent rapidement

92% des personnes interrogées estiment que les attentes de toutes les parties prenantes en matière de santé et sécurité vont augmenter dans les trois prochaines années, en particulier en Asie et en Europe et que les performances en matière de santé et sécurité auront un impact croissant sur les performances de l'entreprise.

A la base de ces changements :

  • L'importance croissante des facteurs ESG et la pression des investisseurs (24%)
  • Les attentes croissantes de la société (22%)
  • Les facteurs réglementaires (20%)
  • La forte attention portée à la santé et sécurité pendant la pandémie mondiale (17%)

La tolérance au risque a diminué dans de nombreuses entreprises au cours des deux dernières années. 78% de dirigeants ont déclaré avoir amélioré leurs performances en matière de santé et de sécurité et seulement 8% ont fait état d'une baisse de leurs performances. Cependant, les performances en matière de décès restent un point d'achoppement : 27% ont fait état d'un ou plusieurs décès au cours de l'année écoulée.

Selon Arnaud Szymkowiak, Partner, Operational Performance, France & Benelux chez ERM : « La tolérance de l'impact négatif sur la santé, la sécurité et le bien-être de l'homme diminue partout et assez rapidement : une tendance qui dure depuis plusieurs décennies et qui s'est accélérée ces dernières années, notamment sous l'effet de l'attention croissante portée aux facteurs ESG. La courbe s'est accentuée avec la pandémie mondiale et les dirigeants sont presque unanimes pour dire que cette tendance va se poursuivre. Mais comprendre le changement est une chose, y répondre de manière appropriée en est une autre. Au-delà du devoir de préserver des vies, il y a là une véritable opportunité pour les entreprises d'améliorer leur performance globale. »

La pandémie mondiale change la donne

La Covid-19 a mis en lumière l'impact qu'un événement tel qu'une pandémie peut avoir sur les performances des entreprises et leur capacité à s'adapter. De nombreux participants voient dans ce moment une occasion précieuse de créer un engagement très différent et plus riche avec leurs parties prenantes en matière de santé et de sécurité, renforcer la résilience organisationnelle et individuelle, ainsi qu'une culture et des comportements qui permettront à leurs entreprises de mieux répondre aux attentes qui évoluent rapidement et aux incertitudes.

Sept leçons tirées de la pandémie mondiale :

  • Les plans de continuité des activités et de gestion de crise ont été jugés insuffisants par de nombreuses personnes, souvent parce qu'ils n'avaient pas été testés.
  • Il y a eu un changement positif dans la perception des fonctions de santé et de sécurité et une reconnaissance accrue de l'importance de la santé et de la sécurité au travail.
  • La grande majorité des hauts dirigeants comprennent qu'ils ont un rôle crucial à jouer dans la définition de la culture et des performances en matière de santé et de sécurité des organisations qu'ils dirigent. Il est également clair que la plupart sont très désireux de tenir leur rôle.
  • Les dirigeants ont expérimenté de nouveaux modes de relations entre les équipes support en central et les équipes opérationnelles locales.
  • La nécessité de mettre davantage l'accent sur la santé et le bien-être au travail, notamment la santé mentale, a été largement reconnue.
  • Les organisations ont pris conscience à travers la pandémie qu'il est possible d'envisager des changements plus radicaux et d'accélérer leur mise en œuvre.
  • L'intégration rapide d'innovation dans la manière dont les processus de santé et de sécurité sont mis en œuvre, avec l'application de la technologie pour soutenir les changements rapides, a été décisive.

« Le coronavirus a forcé les entreprises à reconnaître les lacunes dans l'efficacité des outils de planification de la continuité des activités, mais leur a aussi permis d'apprécier les nouveaux modes d'engagement entre les dirigeants de l'entreprise et les équipes opérationnelles locales qui ont réagi à la crise. Le virus a également mis en évidence la nécessité de mieux prendre en compte l'élément « santé » dans la santé et sécurité - y compris la santé mentale - et a souligné le fait que les nouvelles méthodes de travail, y compris l'apprentissage à distance, sont susceptibles de perdurer. Les participants à l'enquête ont observé que l'importance de la santé et sécurité était élevée pendant la pandémie, et qu'il sera important de s'assurer que ce niveau perdure sur le long terme », explique Arnaud Szymkowiak.

Les approches en matière de santé et sécurité doivent évoluer

Plus des trois quarts des participants à l'enquête ERM ont identifié des déficiences dans leurs processus de santé et sécurité établis. 10% d'entre eux ont exprimé de sérieuses inquiétudes quant à la valeur qu'ils en retirent, soit parce que les processus ne sont pas adaptés à leur finalité, soit parce que les systèmes sont mal mis en œuvre.

Les répondants ont cité 9 approches qui, selon eux, sont capables d'apporter des avantages considérables :

  • 51% - Engagement des dirigeants
  • 24% - Approches centrées sur les personnes et la culture
  • 18% - Amélioration et rationalisation des processus
  • 17% - Amélioration du signalement des incidents et quasi-incidents et approfondissement des enseignements tirés de ces derniers
  • 13% - Programmes de prévention des blessures graves et des accidents mortels
  • 9% - Amélioration des capacités des fonctions sécurité
  • 8% - Indicateurs plus précis et pertinents
  • 8% - Amélioration de la qualité de la formation en matière de santé et de sécurité
  • 8% - Digitalisation

L'analyse de l'enquête suggère que la voie à suivre ne réside pas dans l'une ou l'autre de ces neuf approches, mais qu'il faut veiller à ce qu'elles soient toutes mises en œuvre.

Succès et écueils de l'exploitation des données et de la technologie

L'enquête ERM a montré que les données et la technologie sont désormais des éléments essentiels des programmes de santé et sécurité. Les entreprises ont augmenté leurs investissements dans les données et les technologies de 24% en moyenne entre 2018 et 2020 (fourchette : -25 à +200%) et elles prévoient de nouvelles augmentations de 20% en moyenne au cours des trois prochaines années (fourchette : -100 à +200%) : une croissance substantielle, même si le rythme du changement ralentit quelque peu. Ces ressources permettront de numériser les processus de sécurité de base et de fournir un accès en temps réel aux données de sécurité, ainsi qu'une série d'autres solutions numériques.

Arnaud Szymkowiak poursuit : « Bien que l'adoption de la technologie présente d'énormes avantages, puisque plus de 90% des personnes interrogées ont déclaré que leurs récents investissements avaient atteint ou dépassé leurs attentes, il existe également des défis. Ainsi, le déploiement de ces innovations devra être guidé par les besoins des personnes qu'elles sont censées servir. »

Augmentation du coût de la santé et sécurité et changement des priorités d'investissement

Estimée à une somme équivalente à 17% des coûts de main-d'œuvre dans l'enquête mondiale sur la sécurité d'ERM en 2018, l'ampleur de l'investissement économique total des entreprises dans la santé et la sécurité est importante et, d'ici la fin de 2023, elle sera probablement 40% plus élevée qu'en 2018.

La technologie, la santé mentale, et le changement de leadership/culture/comportement ont été les trois principales priorités d'investissement citées.

Arnaud Szymkowiak conclut : « Comme l'augmentation des investissements implique une augmentation des coûts, les responsables santé et sécurité doivent évaluer et communiquer avec soin les avantages associés aux différentes possibilités d'investissement. Cela permettra de s'assurer qu'ils sont appropriés en termes d'échelle et que la valeur ajoutée par les investissements en matière de sécurité est clairement comprise. »

*ERM (Environnement Resources Management) est l'une des principales sociétés de conseil internationales spécialisées en développement durable .

 

 

Lire la suite...


Articles en relation