Connexion
/ Inscription
Mon espace
Culture & Société
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Etude] L’attrait pour la viande de bœuf, principal facteur de pénurie d'eau aux États-Unis ?

 

Au cours des 30 dernières années, les technologies d'économie de l’eau et les stratégies de conservation des sources, ainsi qu'une économie axée sur des services moins gourmands en eau, ont permis de stabiliser la consommation d'eau aux États-Unis. Récemment, et principalement en raison des sécheresses causées par les changements climatiques et de l'utilisation croissante d’eau, les bassins versants sont à nouveau sous tension. Les faibles niveaux d'eau ont mis en danger des centaines d'espèces de plantes et d'animaux et ont causé des milliards de pertes agricoles ces dernières années. 

 

Dans un article publié dans la revue Nature Sustainability, le professeur Peter Debaere de la Darden School of Business (University of Virginia) et une équipe interdisciplinaire de chercheurs ont tenté pour la première fois d'identifier précisément les endroits où le stress hydrique est le plus intense. Les chercheurs ont également essayé de déterminer les causes de cette situation. 

 


Le plus grand coupable est-il le hamburger ?


Selon les chercheurs, la consommation de la viande de bœuf pourrait être le principal facteur de pénurie d'eau aux États-Unis, en particulier le long du fleuve Colorado. 

« Si nous voulons lutter contre le stress hydrique, ce ne sera pas en nous brossant les dents un peu plus vite ou en passant cinq minutes de moins sous la douche, aussi importantes que soient ces actes. La surconsommation d’eau est étroitement liée à la production alimentaire », souligne Peter Debaere. Depuis des années, ce dernier se concentre ses recherches sur l'économie de la production et de la rareté de l'eau.

Grâce à une mesure que les chercheurs appellent l'indice de stress de l'approvisionnement en eau (Water Supply Stress Index), les universitaires ont calculé l'ampleur de l'épuisement dans les bassins versants du pays, en le comparant au débit des rivières. Ils ont constaté que la pénurie d'eau aux États-Unis n'est pas répartie de manière uniforme dans le pays, mais qu'elle se concentre dans les États à l'Ouest du Mississippi.

Concernant le bassin du fleuve Colorado, le taux de consommation d'eau a été supérieur à la quantité d'eau disponible dans 75% du temps, entre 2000 et 2015.

« Cela n'est possible que parce que nous épuisons les réservoirs du lac Powell et du lac Mead », poursuit Peter Debaere. En analysant les sources de cet épuisement, les chercheurs ont identifié que les cultures destinées à l'alimentation du bétail, telles que la luzerne et le foin d'herbe, sont très gourmandes en consommation d’eau. Ils ont découvert qu'à l'échelle nationale, ces cultures représentent 23% de la consommation d'eau, dont 32% dans les États de l'Ouest et 55% dans le bassin du fleuve Colorado.

 

« Vous avez besoin d'irrigation pour faire pousser toutes ces cultures », précise Peter Debaere. Afin de rendre cette utilisation de l'eau plus compréhensible, la recherche retrace le parcours du bœuf nourrit par les cultures fourragères irriguées par la rivière. Une grande partie de cette eau, ce qui n'est pas surprenant, est acheminée vers les grandes zones urbaines, notamment Los Angeles, Portland, Denver, San Francisco et Seattle. « Si vous pouvez relier l'utilisation de l'eau à des produits spécifiques, cela rend les choses plus tangibles aux yeux des gens », souligne Peter Debaere.

 


Le problème sous-jacent et une solution potentielle
 

Cependant, le problème de la pénurie d'eau ne provient pas nécessairement de l'histoire d'amour de l'Amérique avec les hamburgers. Ce sont plutôt les endroits que nous choisissons pour faire pousser les cultures nécessaires afin de nourrir les vaches. 

Actuellement, il est peut-être moins cher pour les agriculteurs de cultiver dans l'Ouest, plus près de la source de production du bétail - mais c'est seulement parce que les coûts de la diminution de l'eau ne sont pas pris en compte.

« La question est, d'une certaine manière, de savoir si nous payons le bon prix pour cette ressource rare qui est l’eau », explique Peter Debaere. Mais il n'est pas facile de répondre à cette question. Faire payer un prix plus élevé pour l'eau ou limiter la production agricole - ce genre de débat augmente rapidement les tensions entre les citadins et les agriculteurs sur la question de savoir à qui appartient le droit d'utiliser les ressources en eau

L’étude propose des solutions possibles dans le cadre de programmes de mise en jachère, dans lesquels les agriculteurs sont payés pour garder un certain pourcentage de leurs terres inutilisées au cours d'une période, ce qui réduit la pression sur l'approvisionnement global en eau tout en compensant les agriculteurs pour leurs pertes. En fixant un prix correct pour l'eau, un tel programme pourrait rendre plus rentable la culture de plantes destinées à l'alimentation du bétail dans les bassins versants de l'est des États-Unis ou encore sur les marchés internationaux où l'eau est plus abondante.

Souvent, quand on parle de pénurie d'eau, la première réponse des gens est « Comment pouvons-nous obtenir plus d'eau », explique Peter Debaere. Alors que les économistes posent généralement la question suivante : « Utilisez-vous réellement l'eau pour ce pour quoi vous devriez l'utiliser à cet endroit ? »

 

Cette étude pourra contribuer à enrichir le débat sur le prix réel que nous payons pour l'eau nécessaire à la production de cultures dans les zones soumises à un stress hydrique, ainsi qu'à créer une plus grande volonté politique d'envisager des programmes tels que la mise en jachère qui permettrait de répartir plus équitablement les coûts entre les villes et les zones rurales. 

« C'est une conversation difficile à avoir, mais c'est une conversation que nous devons avoir car le changement climatique continue à avoir un impact négatif sur nos cours d'eau. Il n'y aura pas de solution à la crise de l'eau tant que nous ne fixerons pas le prix de l'eau correctement, ce qui, dans le même temps, nécessite à travers les États-Unis une compréhension de ce que sont les niveaux durables d'utilisation de l'eau », conclut Peter Debaere.

Lire la suite...


Articles en relation