Connexion
/ Inscription
Mon espace
Culture & Société
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Pourquoi le XXIe siècle sera-t-il américain ?

Quel pays sera la prochaine Chine ? Quel pays est prêt à dominer l’économie mondiale ? Ce n’est ni l’Inde, ni le Brésil, ni un autre pays émergent à croissance rapide. Non, ce sont… les Etats-Unis.

Explication de Henk Grootveld, responsable des investissements actions thématiques chez Robeco.

Il y existe trois tendances majeures qui soutiennent le « comeback » du leader mondial de la politique et de l’économie :

1ère TENDANCE : la délocalisation en Chine et en Inde semble avoir dépassé son apogée. Le coût du travail dans ces pays augmente et on s’attend à ce que les coûts de production en Chine égalisent ceux des Etats-Unis d’ici 2015. Par conséquent « le local pour le local » – produire près de chez soi pour une consommation locale – est le nouvel adage américain. 

En 2012, il y a eu plus de 100 annonces d’ouverture de nouveaux sites industriels aux Etats-Unis. L’entreprise égyptienne Orascom va construire une usine d’engrais d’une valeur de 1,4 Md$ dans l’Iowa, le plus gros investissement dans l’histoire de cet Etat. Airbus va construire son premier atelier d’assemblage américain en Alabama. Honda prévoit de devenir un exportateur net depuis les USA. 

Autre exemple, Zara estime que la production locale présente un avantage concurrentiel. Ce détaillant espagnol produit localement et est donc capable d’adapter rapidement sa production aux préférences des consommateurs. Ce n’est pas le cas d’H&M qui a externalisé sa production en Asie et qui court le risque de se retrouver avec des invendus sur les bras. 

2ème TENDANCE : les réserves de schiste sont devenues une importante source de pétrole et de gaz naturel aux Etats-Unis depuis le début du siècle. Pas entravés comme l’Europe par des considérations environnementales concernant les nouvelles techniques d’extraction, les Etats-Unis ont une énorme quantité de gaz et de pétrole bon marché à leur disposition.

L’intérêt pour cette source d’énergie s’est étendu au reste du monde. En 2000, le gaz de schiste représentait seulement 1% de la production en gaz naturel aux Etats-Unis ; en 2010, ce chiffre dépassait 20% et l’US Energy Information Administration (EIA) prédit qu’en 2035, 46% de l’approvisionnement du pays en gaz naturel proviendra du gaz de schiste. 

Un avantage important des Etats-Unis sur l’Europe et la Chine, par exemple, est qu’ils disposent d’une vaste infrastructure d’extraction. En conséquence, le gaz de schiste local est vraiment bon marché. Son prix s’élève à environ 3 $ par million de Btu (British thermal units) aux Etats-Unis, contre 10 $ en Europe et 13 $ en Asie. Le chef économiste de l’International Energy Agency, Mr Faith Birol, prédit que le North American Free Trade Association (NAFTA) sera en autonomie d’énergie en 2020. Il s’attend à ce que les Etats-Unis soient capables de répondre à la consommation d’énergie locale en 2035 et qu’ils dépassent la production de gaz de la Russie dès 2015. Cela risque d’avoir des conséquences sur l’implication des Etats-Unis au Moyen-Orient et sur un plan politique par rapport aux autres pays producteurs de pétrole. 

3ème TENDANCE : la révolution de l’information, que nous appelons aussi la 3e révolution industrielle. Le coût du travail n’augmente que légèrement aux Etats-Unis, à un taux inférieur à l’inflation. La baisse du coût des robots industriels, engendrée par la standardisation et les économies d’échelle, est l’une des causes du ralentissement de la hausse du coût du travail.

Et si le yen continue à se déprécier, les prix des robots baisseront également puisque la plupart sont produits au Japon et donc payés en yen. Mais la tendance ne s’arrêtera pas là. Nous nous attendons à ce que les nouvelles technologies telles que le « cloud computing » et l’impression 3D génèrent de nouvelles application de robotique.


CES TROIS RAISONS  ont contribué à un remodelage de la carte géopolitique, à présent très différente d’il y a peu.
Avec sa politique favorisant la croissance interne plutôt que les exportations comme force motrice de son économie, la Chine est susceptible de produire plus pour sa population nationale et de réduire ses exportations. D’autre part, les Etats-Unis produiront plus pour leurs propres habitants et réduiront leurs importations. Dans un délai relativement court, l’économie mondiale et les équilibres politiques se seront considérablement modifiés. Qui aurait pu imaginer cela il y a quelques années seulement ? 

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation